Toutes les opportunités pour une insertion sociale réussie.

Comment devenir fonctionnaire international?

137

Les postes sont répartis entre les différents pays membres de ces organisations. En général, cette répartition dépend du montant de la participation financière des pays membres. Par exemple, si le Nigéria verse environ 10% du budget de l’organisation, le même pourcentage de postes devra être attribué à des citoyens nigérians. Il existe également des “budgets spéciaux” provenant de contributions volontaires de certains états souhaitant des places supplémentaires pour leurs ressortissants.

Néanmoins, certains recrutements au sein de services généraux se font sans restriction de nationalité et il arrive également dans certaines organisations comme l’ONU, que des programmes découlant de décisions politiques ponctuelles engendrent une vague de recrutement sans critère de nationalité.

On distingue plusieurs types de travailleurs au sein de ces organisations:

– des agents permanents qui sont recrutés via un concours (qui sont vraiment considérés comme des fonctionnaires internationaux dans le sens strict du terme)

– des agents qui ont un contrat à durée déterminée ou indéterminée

– des fonctionnaires (titulaires de la fonction publique française par exemple ou d’un autre pays) qui bénéficient d’un détachement au sein d’une organisation internationale.

Commençons par le recrutement des agents permanents via les concours

Ces concours sont organisés en fonction des besoins des différentes organisations. Leur fréquence n’est donc pas régulière.

Certains concours ont des critères d’éligibilité assez strictes:

– un âge maximum (32 ans par exemple pour le Programme Jeunes Administrateurs organisé par les Nations Unies)

– être citoyen d’un pays membre

– avoir un certain niveau d’études

– parler couramment l’anglais ou le français voire aussi une autre langue

D’autres concours sont aussi soumis à des quotas et  peuvent parfois être fermés aux ressortissants de certains pays. ça a été le cas par exemple en 2015 pour le Programme Jeunes Administrateurs qui n’était pas ouvert aux ressortissants français car la France était suffisamment représentée aux Nations Unies.

Enfin, il faut savoir que réussir un concours ne garantit pas toujours d’obtenir un poste au sein d’une organisation internationale. Il permet parfois simplement de faire partie d’une liste de réserve ou “roster” dans lequel les organisations internationales viennent chercher leurs futurs collaborateurs. C’est le cas des concours pour intégrer des Institutions Européennes qui sont organisées chaque année  par l’Office Européen de Sélection du personnel (EPSO). Ces concours comportent une phase de tests de présélection suivie par une phase d’épreuves d’évaluation.

Les candidats qui réussissent ses épreuves sont inscrits sur une liste de réserve pendant une durée déterminée (1 à 3 ans en général) et pourront accéder à des postes qui se libèrent ou qui se créent. Ces lauréats font partie en quelque sorte d’un vivier de candidats.  Ce n’est pas parce que vous êtes dans cette liste que vous serez forcément recrutés donc prévoyez un plan B.

Les contrats

Aujourd’hui, la plupart des fonctionnaires internationaux sont recrutés de manière contractuelle, le plus souvent pour une durée déterminée variant de 2 à 5 ans. Au terme de cette période, le contrat peut être renouvelé au sein du même organisme mais ce n’est pas garanti, surtout au sein de certaines organisations où il y a un plafond de durée contractuelle (6 à 10 ans maximum).

Des milliers d’offres d’emplois sont publiées chaque année par les organisations internationales sur leur propre site web ou via des sites spécialisés. C’est le moyen le plus fréquent et le plus accessible pour devenir fonctionnaire international.

Ce sont des annonces classiques qui comportent une description de l’organisation, le poste, le lieu d’affectation, le profil recherché ainsi que la nature et la durée du contrat.

Vous devrez souvent vous armez de patience quand vous postuler car les processus de recrutement peuvent comporter plusieurs étapes et durer de 6 mois à un an.

Attention, si vous voyez la mention “recrutement sur roster“, c’est que le poste est réservé aux candidats qui sont déjà inscrits dans une liste de réserve ou “roster”.

Le recrutement sur liste de réserve/roster

Afin d’être en mesure de recruter rapidement lorsqu’elles ont en besoin, les organisations internationales constituent une liste de réserve ou Roster.  C’est une liste de candidats présélectionnés dans le cadre de plusieurs types de processus de recrutement tels que :

– des concours

– des offres génériques

– des offres spécifiques pour lesquelles les profils des candidats non sélectionnés à la dernière étape du recrutement sont jugés malgré tout intéressants et donc conservés dans ce vivier.

Types de postes dans les organisations internationales

Les organisations sont trop nombreuses pour qu’il soit possible de dresser une liste complète des postes qu’elles ont à offrir, cependant, la plupart d’entre elles distinguent deux catégories :

  • les catégories professionnelles et supérieures (P) ;
  • les services généraux (G).

Les catégories professionnelles et supérieures sont occupées par des spécialistes de niveau universitaire. Ces postes font l’objet d’une offre internationale. Cependant, ces spécialistes qu’ils soient étrangers ou Suisses sont le plus souvent recrutés à l’intérieur du pays. Les services généraux comprennent principalement des postes n’exigeant pas une formation universitaire : secrétaires, techniciens, traducteurs et services d’entretien. Généralement, le recrutement est local, sauf pour les traducteurs et interprètes, qui sont habituellement recrutés au niveau international.

Conditions générales posées dans les organisations internationales

Travailler dans une ONG exige des diplômes de spécialisation. En dehors du domaine social, la tendance des profils actuellement recherchés touche les domaines de l’ingénierie, de l’assistance médicale, du développement (notamment rural et dans le domaine de la conservation), de l’administration ou encore de l’architecture et des bâtiments. Avoir des formations complémentaires dans le domaine étudié est aussi vivement conseillé.

Pour parfaire votre cursus, les connaissances en langues étrangères sont tout aussi indispensables, comme la maîtrise de l’anglais, qui est le minimum requis : par excellente maîtrise, nous entendons un niveau supérieur à des connaissances scolaires. Cependant, pour la grande majorité des postes, il est également demandé une connaissance active d’une autre ou de plusieurs autres langues officielles de l’ONU (arabe, chinois, espagnol, français et russe). Dans la plupart des organisations, l’allemand et l’italien ne sont pas des langues officielles et sont donc considérées comme un “avantage” plutôt qu’une exigence requise.

Comment commencer une carrière dans une organisation internationale ?

Il existe diverses façons de commencer une carrière dans une organisation internationale. Dans les services généraux, les postes sont généralement pourvus par du personnel local, et les places vacantes sont publiées dans la presse locale ou sur Internet. Les postes “professionnels” sont pourvus au niveau international, et la procédure est extrêmement sélective. En plus des qualifications strictement professionnelles, elle prend en compte d’autres facteurs, tels que la représentation géographique, l’âge, le genre et les compétences linguistiques.

En fait, il y a plusieurs modes de candidature aux postes des services professionnels et les modalités et possibilités d’accès varient selon le candidat, soit par un diplôme universitaire, un stage ou tout simplement une candidature spontanée.

Bon nombre d’organisations internationales ont des programmes de stages institutionnalisés (appelés formalized internship or trainee programmes) qui ont lieu plusieurs fois par an et qui durent généralement entre deux et six mois. Dans la plupart des cas, ils sont ouverts aux étudiants engagés dans des programmes de Master ou de doctorat. Certaines organisations fixent une limite d’âge autour de 30 à 35 ans. La condition impérative, en plus du parcours universitaire, est une très bonne maîtrise de l’anglais et si possible d’autres langues.

Cette formation en interne est un très bon moyen d’acquérir une expérience directe. De plus, elle permet de se créer un réseau qui sera utile pour postuler ultérieurement à un poste dans une organisation internationale. Mais, elle n’est pas explicitement prévue pour conduire à un engagement. Certaines organisations, telle que l’ONU, appliquent même une règle selon laquelle les stagiaires ne peuvent pas postuler à un poste régulier au sein de l’ONU au cours du stage, ni dans les six mois qui suivent celui-ci.

Un inconvénient de ces stages est que, à quelques exceptions près, ils ne sont pas rémunérés. Le gouvernement suisse n’est pas en mesure de soutenir financièrement les stagiaires à ce niveau. Même non rémunérés, ces stages qui ne conduisent pas à un engagement donnent lieu à une procédure de recrutement très sélective qui peut prendre plusieurs mois.

Leave A Reply

Your email address will not be published.